Mots de patients

J’aime beaucoup les « mots d’enfants », mais les « mots de patients », souvent, ça vaut le coup aussi… Ce matin, j’en ai eu un florilège assez concentré pour me donner envie de les mettre par écrit…

Désolée, c’est assez axé « pipi-caca », mais c’est ça aussi, notre métier!!

 

« Docteur, je vous amène ma petite fille, elle a la diarrhée.

– C’était liquide comme de l’eau? Elle a été combien de fois à la selle depuis ce matin?

– Ben je ne sais pas, je suis la grand-mère, son père me l’a laissée ce matin en me disant qu’elle avait eu la diarrhée une fois cette nuit, et depuis que je l’ai elle n’a rien fait…

La demoiselle qui semble en pleine forme me confirme qu’elle ne s’est levée qu’une fois cette nuit, et elle ne se souvient plus comment était son caca… Elle n’a pas mal au ventre, elle n’a pas vomi, son ventre est souple…

– Alors docteur, vous en dites quoi?

– Ben… qu’elle s’est levée une fois cette nuit pour faire caca… »

Voilà voilà, ça c’est fait…

 

« Quand j’urine, ça me fait comme un volcan en ébullition dans les parties… »

J’essaye de faire préciser cette symptomatologie pour le moins atypique…

« Quand j’ai envie d’uriner, ça me picote, mais ça ne brûle pas quand l’urine coule, hein, et après quand j’ai fini ça va mieux »

Ben si ça va mieux après… je dirais… tant mieux?

 

 

« Mon mari prend des antibiotiques prescris par l’urologue depuis 10 jours parce que ça le brule quand il urine, ça ne va pas mieux vous seriez gentille de lui prescrire quelque chose de plus fort et qui ne soit pas un générique pour le dépanner le week-end en attendant qu’on puisse joindre l’urologue lundi matin »

 C’est bien connu, je fais les miracles…

 

« Je voudrais que vous me prescriviez quelque chose qui me guérisse mon psoriasis »

 Je vous le disais: je fais les miracles…

 « J’ai des remontées acides tout le temps, il va bientôt falloir que je passe une coloscopie de l’estomac »

C’est ma perle de la matinée!…

 

 

Dialogue de sourds

** Billet de février 2011 **

 

Patiente: Mon gendre veut absolument emmener mon petit-fils voir son père qui est malade… Je ne sais pas trop ce qu’il a… Il parait qu’il porte un masque, mais je ne suis pas sûre que c’est suffisant pour protéger le petit… Vous pensez qu’il n’y a aucun risque, vous?

 

Médecin: Ben c’est difficile de vous dire si je ne sais pas ce qu’il a comme maladie… Ça dépend de la contagiosité…

 

Patiente: Je ne sais pas, mais il porte un masque, et je ne suis pas sure que ce soit suffisant, c’est quand même risqué pour le petit…

 

Médecin: Arf, dans l’absolu, s’il porte un masque, qu’il le change régulièrement, notamment dès qu’il tousse ou qu’il éternue dedans, qu’il se lave les mains, que la pièce est bien aérée, et qu’il ne va pas faire des bisous dans le visage du petit ou mettre sa cuillère en bouche, je dirais qu’il n’y a pas de gros risque…

Ceci dit, je ne suis pas persuadée que la place d’un nourrisson soit auprès d’une personne malade, fusse-t-elle son grand-père, si on ne sait pas exactement ce qu’il a…

 

Patiente: Oui, c’est sûr; et le masque, c’est bien joli, mais si le microbe est dans l’air, ça risque d’être dangereux pour le petit…

 

Médecin: Bon, vous savez, en même temps, les microbes, ça ne flotte pas dans les airs… C’est projeté dans les gouttelettes de salive, elle sont microscopiques donc on a l’impression que les microbes sont dans l’air, mais en fait non… C’est pour ça que le masque c’est une bonne protection… Associé au lavage des mains et à une bonne aération de la pièce…

 

Patiente: Donc d’après vous, avec le masque, c’est bon, il n’y a aucun risque?

 

Médecin: Beeen, comme je viens de vous le dire, avec le masque et les autres précautions d’usage, ça devrait limiter les risques…

 

Patiente: **petit temps de silence** Donc d’après vous, avec le masque, c’est bon, il n’y a aucun risque?

 

Médecin: **dans un murmure** Oui??…

 

Patiente: Bien, c’est ce que j’avais besoin d’entendre, je suis un peu rassurée.

(sur le ton « vous auriez pu le dire tout de suite, on aurait gagné du temps« )

 

 

 

Moralité: Pourquoi se fatiguer à expliquer les choses quand il suffit de dire « oui » pour écourter la conversation?? (parce que bon, quand même, des fois, on ne peut pas continuer à répéter 15 fois la même chose)

 

…J’aime pas, quand je sens que le message ne passe pas, et que le patient ne lâchera l’affaire QUE quand il aura entendu ce qu’il voulait entendre :((