Une mère doit-elle tout savoir?

** Billet de Mars 2011 **

 

Un peu sur la lignée de mon précédent billet (non publié ici), mais dans un autre contexte, j’avais envie de vous parler de ces mères qui débarquent dans mon cabinet avec leur ado-fille, de 14 à 17 ans en général, et qui me disent qu’elles viennent « pour que je leur prescrive la pilule » (à leur fille, pas à elles!) …

 

OK, soit, pas de problème, ça fait partie de mon job…

 

Là où ça me pose carrément plus problème, par contre, c’est lorsque, comme cela est arrivé plusieurs fois déjà dans ma jeune carrière, la mère me dit « elle a eu son premier rapport hier / ce WE / la semaine dernière »…

 

Ah oui?

 

Alors je ne suis sans doute pas un modèle en ce qui concerne la communication avec ma propre mère concernant la sexualité, et il y aurait sans doute un grooos travail à faire pour moi à ce sujet, mais bon, clairement, ça me choque…

 

J’ai envie de répondre:

« Félicitation, et c’était comment, elle était contente? Ils ont fait ça combien de fois? Dans quelle position? »

 

Je ne sais pas…

Je crois que je n’ai pas envie de savoir exactement ce qui se passe pour ma fille de ce côté là… Tout comme j’estime qu’elle n’a pas à savoir comment se passe la mienne, de sexualité…

Forcément, si elle m’en parle, je serais flattée de la confiance qu’elle me porte… Mais quand même… Elle n’a ni à me demander la permission, ni à chercher mon approbation (ou ma désapprobation) une fois que c’est fait…

Je crois qu’une mère n’a pas besoin de tout savoir sur sa fille…

La sexualité, pour moi, c’est une responsabilité personnelle, et on s’y frotte lorsqu’on a suffisamment de distance avec l’enfance, avec les parents, justement…

 

Je ne dis pas que cela doit être tabou, hein, loin de moi cette idée…

Il faut en parler, informer, guider… Mais plutôt avant qu’après…

Le « ça y est maman, c’est fait!.. » ben je ne le sens pas du tout… Je l’entends comme un renoncement à sa propre intimité de la jeune fille, et je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’il est induit par une tendance de la mère à être toute puissante sur son enfant…

 

La première qui m’a fait le coup, sa fille avait 14 ans, je crois… Elle était limite hystérique…

Genre « Je vous ramène ma fille car elle m’a avoué hier qu’elle a des rapports sexuels… »

Ce à quoi j’ai eu envie de répondre « Oui, OK, et en quoi ça me concerne?? »

D’autant plus qu’elle continuait dans la veine « Vous vous rendez compte?? A 14 ans?? »

Bé oui ma bonne dame, je me rend compte, et en même temps voilà, quoi, est-ce qu’on peut vraiment raisonner en terme d’âge? Ne serait-il pas plus judicieux de parler de maturité?

Après coup, j’ai découvert que cette dame est en réalité une femme charmante, ses filles sont très sympas c’est une famille tout ce qu’il y a de plus normal.. Comme quoi…

 

Bref…

 

Comme on attend de moi que je prescrive LA pilule, je parle contraception, je parle MST, je parle suivi gynéco, tout ça…

Je parle oubli de pilule, je parle grossesses non désirées, je donne un document sur la contraception d’urgence…

 

Et plus j’avance dans ces explications, qui me semblent indispensables dans une consultation médicale pour une première prescription de contraception, je ne peux pas m’empêcher de me mettre à la place de cette jeune fille, qui entre tout juste dans la sexualité, qui est peut-être encore chamboulée par ce qu’elle a vécu (a-t-elle été respectée? a-t-elle été surprise? a-t-elle été ravie?… A-t-elle envie de recommencer tout de suite? A-t-elle besoin d’une contraception?)

 

Et je me rend compte que l’amalgame sexualité/maladie est vraiment facile… A 14 ans, on va chez le docteur quand on est malade, en général… Quel parallèle angoissant… « J’ai couché avec mon petit copain, maintenant il faut que j’aille chez le médecin.. » Génial !

 

Je fais toujours l’erreur de ne pas faire sortir la mère pour m’entretenir avec la fille… Je pense que je devrais… Je pense que je le ferais la prochaine fois… Et je pense que même si ce n’est pas mon rôle à proprement parler, je continuerai de leur dire que la sexualité, ça ne se résume pas à des risques de MST ou de grossesses non désirées…

 

C’est avant tout une question d’amour… et de plaisir…

 

 

Oui, je sais, je suis dramatiquement vieux-jeu…

Publicités

2 réflexions au sujet de « Une mère doit-elle tout savoir? »

  1. Je suis d’accord avec la fin : oui fais sortir la mère pour parler à la jeune fille, savoir si ça s’est bien passé, j’entends, pas forcé, pas osé mettre un préservatif, douleurs ou autres….
    Et moi non plus je ne me vois pas du tout avec ma fille me dire « ça y est maman!!! ». Chacune son intimité même si on peut aborder le sujet de manière générale !

  2. Ben non, je ne trouve pas que vous êtes « vieux jeu »…je trouve qu’au contraire, aujourd’hui, on oublie que l’amour, c’est avec un grand A, c’est pas juste « coucher »…
    Alors MERCI pour ce petit post qui me dit que ouf, je ne suis pas la seule à pense comme ça…!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s